Category: Interviews X

Dame Jeanne

J’habite à Marseille. Certains après-midi,je reçois la visite du jeune Kader qui m’appelle sa « Dame Jeanne », rapport sans
doute à notre légère différence d’âge. J’aime bien moi quand le jeune Kader viens me voir, parce qu’il ne perd pas de temps en
salamalecs. Direct, droit au but, en bon supporter de l’OM!
En deux temps, trois mouvements, c’est jupe par dessus tête et ma bouche autour de sa grosse queue. Elle est bonne la bite de
Kader, bien dûre et superbement proportionnée! Pendant que je le déguste, j’en ai des sensations tout au creux de mes reins.
Je frétille, j’anticipe sur ce qu’il va me mettre, j’ai à peine la patience de le régaler de ma spécialité: la cravate de notaire.
Puis c’est enfin l’estocade tant attendue, la levrette façon Grand Veneur, le grande chevauchée des steppes, avec force claques
sur mes fesses tendres et balancier infernal de mes nichons. Vas-y mon petit Kader, tape bien dans le fond, larde moi de
coups de queue!
Puis, après quelques positions variées, autant de quarts d’heure de lime acharnée et un nombre équivalent d’orgasmes hurlés à
tue-tête, c’est le retour à la branlette espagnole qui a fait ma réputation accompagnée d’une longue giclée poisseusesu ma
poitrine. Merci Kader, reviens quand tu veux et si tu as des copains comme toi ( et je ne veux pas seulement dire supporters
de l’OM!) tu n’as qu’à leur dire de venir visiter la Dame Jeanne!

Sahara

Je me prénomme Sahara, ce qui est assez peu courant. Mais même si je porte le nom d?une étendue aride, cela ne reflète en
rien la nature de ma vie sexuelle, qui est tout sauf désertique. On peut même dire que ça se bouscule au portillon. D?ailleurs
là tout de suite, j?attends l?arrivée de deux prétendants à me faire reluire.
Deux coups de sonnette, ce sont eux. Ce n?est pas trop tôt ! J?avais hâte de me faire bousculer la crinoline et pas dans la
dentelle, s?il vous plait ! Bon alors, merci d?être venus. On se positionne, voilà comme cela, une bite de chaque côté. Je
pompe, elles durcissent. C?est normal, vu que je suis super douée pour activer la sève.
Quant à moi, plus je pompe, plus je mouille. Mon sahara est plus fertile que la vallée du Nil. Pour peu qu?il y ait un membre
gonflé de désir à proximité immédiate et tout de suite, chez moi, ce sont les grandes eaux !
Puis viens la chevauchée, la fantasia. Tout d?abord pour un, qui me rentre dans la chatte avec vigueur. Puis c?est au tour de
l?autre, qui vient me visiter le fondement. Pour Sahara, aucun grain de sable dans la mécanique, ça glisse impec?. On peut
risquer l?échafaudage, la pyramide renversée, le double synchronisé avec salto arrière et triple orgasme simultané.
J?adore manger la vie par les deux bouts, ou l?inverse. Je suis une sacrée cavalière, tout le monde me le dit ! Vous aussi, si
vous avez du courage, de la santé et du tempérament, vous pouvez tenter votre chance et venir faire des forages profonds. In bed with la bédouine !

Black&Sonia

Bonjour, mon amie Sonia et moi-même, avons formé une équipe de choc pour soirées particulières et parties de cul soignées.
Je suis black, pulpeuse et rebondie, elle est blonde et soyeuse et à nous deux, nous ravageons les mâles. Nous les écumons,
nous leur vidons les bourses, bref nous les cuisinons à notre façon et les consommons sans modération.
Ma copine Sonia, avec ses airs de petit lapin blanc, est une véritable chienne lubrique, jamais assouvie. Quant à moi, point
trop nympho, mais je suis tout de même une super salope. Il faut au moins cela pour supporter et apprécier tous les coups de
boutoir que je me mange dans les fesses !
Et puis aussi, notre duo infernal est bien utile quand il s?agit de s?assister mutuellement pour se faire correctement enfiler
tous ces gros gourdins. Je me positionne derrière. J?envoie une goutte de lubrifiant là où ça coince. J?écarte délicatement les
chairs pour faciliter l?intromission. Je suce le gland qui brusquement déchausse. J?imprime le rythme adéquat d?une main
sur la fesse. Je titille les coucougnettes qui ballottent, bref j?assiste, jusqu?à ce soit mon tour.
Ha ! Il faut avouer que l?on s?éclate à donf?, ma copine Sonia et moi-même ! Les garçons sont toujours content de nous
rencontrer surtout si ce sont des étalons fringants. À nous deux, la blanchette et la noiraude, il y en a presque pour tous les
goûts et l?on a vite fait de leur tirer tout leur bon jus !

Nina & Thomas

Ça y est, c’est le Printemps…Youpi… Je suis Thomas et voici ma
muse, Nina.Nous sommes des gothiques néo-darkWave de la tendance vicieuse et décadente. Nous sommes les
enfants tatoués et sodomites de Thor et d’Odin. Mais le Valhalla est grand et l’on s’y pèle. Nous habitons la
Suède, pays où l’hiver est tenace et où il faut se trouver des pratiques épicées pour un peu se chauffer le moral, afin de
survivre au froid nocturne. Du coup, quand arrive le printemps, le dégel, le ciel bleu, les petits oiseaux, qui
c’est qui est super guilleret? Le suèdois. En général. Il gambade, il fait des feux dans la campagne ? une pratique qui
ferait peut être sourciller plus au sud. Mais nous, qui sommes dark, on a qu’une envie, c’est de s’enfermer dans
notre chez nous riquiqui, pour montrer à notre
ami photographe étranger, à quel point nous sommes vicieux et décadents.Tu es près, photographe? Tiens
regarde: je lui cravache sa couenne blafarde. Nous sommes le couple crypto-punk moderne: Papa pique et Maman
prend des coups. Puis ma Nina va faire la moufle, hein ma Nina? La main entière, les doigts collés. Ça te plais, ça, une
bonne manipulation barbare, en tirant bien sur les anneaux. Vas-y shoote, étranger. Et puis nous sommes
tellement dark, tu vois, trash, enfin… eh ben qu’on va te faire la totale. Je vais déposer ma semence dans la fournaise de
sa bouche, puis de son cul, puis encore de sa bouche. Il faut dire que je me suis retenu depuis quatre jours, en prévision
de notre séance. Bon j’admets que l’on a un peu tous les deux l’air de deux fleurs de nave. Il y a une raison
économique à cela. Tel que vous me voyez, je ne suis pas fini. J’ai décidé de me faire tatouer entièrement et après cela,
de me mettre à la muscu. Résultat: tatouage
moins cher. Gothique mais pas panier piercé.

Et voilà, moi et ma grande gueule!

Me voilà attachée à poil ou quasi, à des chaînes sur un bout de bois. Pardon? Une croix de
St André? Pourquoi pas une médaille de St Christophe, pendant qu’on y est? J’en ai rien à cirer moi de vos bondieuseries!
Comment cela, être attachée à une croix en X ou en +, ça fait toute la différence? On voit bien que ce n’est pas vous l’attachée.
Bon, on peut commencer, là? J’ai un pari à gagner, moi.
Et bien oui, en effet, si je suis là, dans cette posture grotesque, c’est que j’ai parié. L’objet du pari? Vous allez rire, mais pas
moi. C’est ça l’objet du pari: passer à travers tous les sevices inventés par une maîtresse SM, sans moufter. Sans rire, surtout,
mais aussi sans trahir AUCUNE émotion. Total zen, mépris complet.
Ils peuvent venir les grands maîtres foireux, il peuvent toujours essayer d’établir leur dominance. Avec moi il seront servis! Et
Maîtresse Pétasse, qui s’avance ici, avec son martinet et ses gadgets, comme les autres. Je suis blindée, insensible à la douleur
ritualisée, immune aux chatouilles de tout acabit, indifférente aux caresses de doigt sur mes muqueuses, et si je mouille, ça ne
compte pas, c’est juste une réaction physiologique!
Ils ne m’arracheront rien, pas un cri, pas un soupir, rien. Il n’obtiendront même pas la recette du clafoutis aux poires, et tout cas
pas moi. Et je n’avouerai pas non plus le casse de la Place Vendôme. Elle peut bien tout essayer, Maitresse Pétasse, la pince à
téton, le fouet à neuf queue, et même de m’introduire son gode translucide dans la teuch, je ne craquerais pas!
Et voilà qu’elle me détache enfin de ma croix de St Machin et qu’elle me positionne, les jambes écartées, la moule offerte,
prête à me faire visiter par les suivants de ces messieurs, qui fourbissent déjà leurs attirails, là bas au fond la pièce. Ils peuvent
venir, tous autant qu’ils sont: c’est moi qui les briserai!